• ENERGIE LIBRE : l'effet Dumas, une révolution ?

     

    http://youtu.be/VFVRhfm0pSI

     

     


    votre commentaire
  • 18/10 - L’EBOLA N’EST PAS RÉEL. ..............

     

     

     

     

     

     

     

    18/10 - L’EBOLA N’EST PAS RÉEL. .

    et les seules personnes qui sont tombées malades 

    sont celles qui ont reçu des injections 

    de la part de la Croix-Rouge.

     

     

     

    Mais où sont passés l'Abbé Pierre

    et Mère Teresa!?

     

    Un message du Ghana : 

     

    Nana Kwame a écrit :

     

    Les habitants du Monde occidental ont besoin de savoir ce qui se passe ici en Afrique occidentale. 

     

    ILS VOUS MENTENT !!!  

    «L’EBOLA» en tant que virus n’existe PAS et ne se «répand» PAS.  

     

    La Croix-Rouge a apporté la maladie dans 4 pays spécifiques pour 4 raisons spécifiques et elle n’est contractée que par ceux qui reçoivent des traitements et des injections de la Croix-Rouge. C’est la raison pour laquelle les Libériens et les Nigérians ont commencé à virer la Croix-Rouge de leurs pays et à révéler la vérité dans les informations. Maintenant un peu de patience :

     

    RAISONS :

    Beaucoup de gens pensent tout de suite à la «dépopulation» qui est sans doute toujours présente à l’esprit des Occidentaux quand on parle de l’Afrique. Mais je vous assure que l’Afrique ne pourra JAMAIS être dépeuplée en tuant 160 personnes par jour alors qu’il en naît des milliers chaque jour. Donc les vraies raisons doivent être un peu plus tangibles.

     

    Raison N°1 :

    Cette maladie inoculée à l’aide de vaccins «appelée» Ebola a été introduite en Afrique occidentale dans le but d’avoir des troupes au sol au Nigéria, au Libéria et en Sierra Leone. Si vous vous rappelez, l’Amérique essayait d’entrer au Nigéria pour les conneries de «Boko Haram » qui se sont effondrées d’elles-mêmes lorsque les Nigérians ont commencé à raconter la vérité. Il n’y a pas DE FILLES ENLEVEES. Le soutien mondial étant passé à la trappe, il fallait une nouvelle raison pour faire venir des troupes au Nigéria et piller les nouvelles réserves pétrolières qui venaient d’être découvertes.

     

    Raison N°2 :

    La Sierra Leone est le premier producteur mondial de diamants. 

    Au cours des 4 derniers mois, ils ont été en grève, refusant d’extraire les diamants en raison des horribles conditions de travail et d’un salaire de misère. L’Occident ne leur paiera pas un salaire équitable pour leurs ressources parce que l’idée consiste à les garder en état de survie avec quelques sachets de riz et de l’aide étrangère afin de continuer à bénéficier d’une main-d’œuvre d’esclaves sous-payés. Il fallait une raison pour faire venir des troupes en Sierra Leone pour mettre fin aux grèves des mineurs de diamants. Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Lorsque les mineurs refusent de travailler, l’armée est envoyée même s’il faut les tuer et les remplacer tous, car il faut à tout prix que les diamants continuent à s’exporter.

    Bien sûr lancer de multiples campagnes pour envahir ces pays séparément ne tiendrait pas debout. Mais quelque chose comme «Ebola» permet d’accéder à toute une région simultanément …

     

    Raison N°3 :

    En plus de piller le pétrole nigérian, et de forcer la Sierra Leone à reprendre l’extraction des diamants, l’armée a également été envoyée pour IMPOSER les vaccinations (poison mortel «Ebola») aux Africains qui sont assez fous pour ne pas s’y soumettre de leur plein gré.

     

    3000 soldats ont été envoyés pour s’assurer que ce «poison» continue à se répandre, parce qu’encore une fois il ne se répand que par les vaccinations. A mesure que de plus en plus d’articles d’informations sont diffusés comme cela a été le cas au Libéria, informant les populations des mensonges et des manipulations américains, de plus en plus d’Africains refusent d’aller à la Croix-Rouge. 

    Les soldats vont imposer ces vaccinations aux gens pour donner l’impression visible d’une pandémie d’Ebola. En plus ils serviront à protéger la Croix-Rouge des Libériens et des Nigérians qui les ont éjectés de leurs pays.

     

    Raison N°4 :

    Et, en fin de compte, l’APPARENCE de cette «pandémie» d’Ebola (au cas où les Américains ne seraient pas dupes) servira à effrayer des millions de gens afin qu’ils prennent le «vaccin Ebola» qui est en réalité la pandémie. Ils ont déjà commencé à diffuser leurs histoires sur la manière dont il est arrivé aux Etats-Unis et est apparu à Dallas, comment des médecins blancs ont été guéris mais que des noirs infectés n’ont pas été autorisés à recevoir des traitements, etc.

     

    TOUT ce que cela va provoquer est d’INCITER les noirs à vouloir se faire vacciner, parce qu’il semble que le «remède» leur soit interdit. Ils arriveront en masse pour se faire vacciner et c’est alors qu’il commencera à y avoir des problèmes. Avec tout ce qui a été révélé sur les vaccins cette année vous penseriez que nous avons appris la leçon. Tout ce que je peux faire est d’y croire, parce qu’ils comptent sur notre ignorance pour boucler leurs plans.

     

    Posez-vous la question. Si l’Ebola se répandait de personne à personne, au lieu d’être diffusé de manière contrôlée par les vaccinations – alors POURQUOI le CDC et les gouvernement des Etats-Unis continueraient-ils à autoriser les vols en provenance et à destination de ces pays sans aucun contrôle, ou sans les interdire ? 

    Nous devons commencer à réfléchir et à partager l’information au niveau mondial parce les médias ne rendent pas compte du point de vue des gens qui vivent ici en Afrique occidentale. Ils mentent dans leur propre intérêt et il n’y a pas assez de voix ici avec une plateforme pour aider à vous informer de notre réalité. Des centaines de milliers de personnes ont été tuées, paralysées et handicapées par ces et d’autres «nouveaux» vaccins dans le monde entier et nous nous en rendons finalement compte. Maintenant qu’allez-vous faire de cette information ?

     

    Traduction Patrick

    Copyright © Colonel en retraite Billie Faye Woodard,  Pahrump, Nevada

    aadehart@aol.com

    http://www.hollowearthnetwork.com/page/488259660

    Pensez à aller en informer les quartiers africains de votre ville et bien sûr tout le monde afin que cette comédie prenne fin !.

    19/10 - EBOLA Suite 

     

    Le CDC (Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies d’Atlanta), 

    le NIH et Bill Gates détiennent les brevets des vaccins existants d’Ebola : 

    on se rapproche des vaccinations obligatoires !

     

     

    Dans la campagne de peur amplifiée par les médias à propos de l’arme biologique «Ebola», résultat des recherches de l’armée américaine dans les années 60 et 70, peu de gens se posent la question de savoir "à qui le crime profite".

     

    Comme le dit Dave Hodges dans son article du 17 septembre 2014, comment ne pas croire qu’il s’agit d’une dialectique hégélienne* devenue folle où l’on crée un problème (une arme biologique), une solution au problème (un vaccin) et une réaction au problème (tous les acteurs s’en mettent plein les poches, on «contrôle» la population par l’obligation de vaccination, on en profite pour l’infecter par le biais du vaccin, cela crée des trouble, on demande l’application de la loi martiale et le tour est joué).

     

    Le CDC (Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies d’Atlanta), le NIH et Bill Gates détiennent les brevets des vaccins existants d’Ebola : on se rapproche des vaccinations obligatoires !

     

    J’ai précédemment rapporté le fait que Monsanto, ou "Mon-satan" comme beaucoup l’appellent, a conclu un partenariat avec le Ministère de la Défense américain pour utiliser une société tierce afin de développer un vaccin contre l’Ebola. 

    L’investissement de départ se montait à 1,5 millions $. La valeur de la transaction pourrait grimper à environ 86 millions $. 

    Le nom de la société est Tekmira Pharmaceuticals  Corporation (TKMR, TKM.TO), un développeur de pointe de thérapies géniques (Interférence par ARN ou RNAi). TKM-Ebola est une thérapie RNAi anti-Ebola, développée sous contrat d’un montant de 140 millions $ avec le Service des thérapies de contre mesures médicales de bio-défense du Département de la Défense américain (MCS-BDTX). Aussi choquante que semble une telle histoire, ce n’est pas la partie la plus importante de la menace Ebola qui semble s’emparer des Etats-Unis. 

    La vérité en la matière est que ces associations sulfureuses et suspectes, dans le «combat» contre Ebola, ne représentent que la pointe émergée de l’iceberg.

     

    Plus on creuse la question de savoir qui se cache derrière la création et le développement de vaccins pour traiter Ebola, plus le réseau de la conspiration s’étend. Le fait le plus étonnant est la facilité avec laquelle il a été possible d’accéder à cette information. 

     

    J’aimerais être clair sur ce point, Ebola a été inventé, un vaccin pour Ebola existe depuis 8 à 10 ans, certaines institutions financées par le gouvernement ainsi que des membres de l’élite mondiale se sont positionnés pour tirer un énorme profit de la diffusion du virus et du développement et de la dissémination de vaccins obligatoires contre Ebola et l’imposition de la loi martiale à la fin du processus. 

     

    En voici la preuve.

    Il est stupéfiant que le CDC possède «le» brevet d’Ebola et de toutes ses futures mutations.

    (le fichier pdf du brevet est disponible sur internet)

    Le «RESUME DE L’INVENTION» du brevet dit clairement que le gouvernement américain revendique la «propriété» de tous les virus Ebola qui ne partagent que 70% des caractéristiques de l’Ebola qu’il a «inventé».

     

    Pourquoi une organisation gouvernementale prétendrait-elle avoir «inventé» cette maladie infectieuse pour ensuite revendiquer le monopole de son exploitation commerciale? Il est évident que le CDC se prépare à demander des royalties sur les vaccins Ebola. Ceci augmente certainement la probabilité pour que les vaccins deviennent obligatoires, augmentant ainsi les profits potentiels des détenteurs du brevet. Le H1N1 était un entraînement ..

    Clairement, Ebola est de fabrication humaine et ce brevet le prouve. Pourquoi le CDC a-t-il besoin de posséder ce brevet sur Ebola ? Peut-être devrions-nous demander à Bill Gates pourquoi il fait don de 50 millions $ aux Nations-Unies et au CDC au nom de la lutte contre Ebola. Le CDC a des partenaires dans sa lutte contre Ebola, à savoir Crucell, l’Institut National de la Santé (NIH) et l’Institut de Recherche Médicale sur les Maladies Infectieuses de l’Armée américaine (USAMRIID) et, bien sûr, Bill et Melinda Gates.

    Depuis quand Gates n’attendrait-il pas un retour sur investissement ? Gates et Michael Bloomberg ont déjà fait de grosses contributions financières aux nombreuses campagnes de vaccination telles que l’Initiative Mondiale pour l’Eradication de la Polio, lancée à l’origine en 1988 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Rotary International, le Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), et le Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (UNICEF). Ce retour sur investissement a été impressionnant.

    Gates a annoncé qu’il projetait de vacciner chaque enfant dans le tiers monde avec de multiples vaccins, ce qui pourrait entraîner une importante réduction de la population de 10 à 15%. Est-ce que vous vous rendez compte des énormes profits qui peuvent être réalisés en vaccinant chaque enfant dans le tiers monde ? Si nous tenons compte du penchant de Gates à investir dans des causes qui entraînent un bon «retour sur investissement» (ROI) alors on pourrait raisonnablement supposer que Gates se positionne pour profiter des 50 millions $ qu’il a investis dans la cause de l’Ebola qui implique fort opportunément le CDC, le détenteur du brevet de l’Ebola.

     

    Le NIH détient actuellement tous les brevets pour les vaccins contre Ebola. Crucell est dans la même position que Tekimara par rapport à Monsanto en ce qu’ils sont à la pointe de la recherche concernant les traitements de vaccins contre l’Ebola.

     

    Ce qu’on ne vous dit pas : Quelques données rapidement glanées sur le site web de Crucell

    Crucell développe un vaccin contre l’Ebola en collaboration avec le Centre de Recherche sur les Vaccins (VRC) de l’Institut National des Allergies et Maladies Infectieuses (NIAID) du NIH. Il a été démontré qu’il protégeait complètement les singes contre le virus avec une simple dose de vaccin.

    Selon les termes de son accord avec le VRC, Crucell possède une option pour la commercialisation mondiale exclusive des droits du vaccin contre l’Ebola.

    Le vaccin contre l’Ebola de Crucell est entré en phase 1 des essais cliniques au troisième trimestre de 2006. Deux groupes de 16 volontaires ont été recrutés et vaccinés. L’étude met en évidence l’aspect sécuritaire et immunogénétique aux doses évaluées.

     

    En octobre 2008, Crucell a remporté un prix du NIAID/NIH pour des avancées dans le développement de vaccins contre Ebola et Marburg, dans le but ultime de développer un vaccin multivalent contre les filovirus. Le prix leur a rapporté des financements à hauteur de 30 millions $, avec des options pour 40 millions supplémentaires.

     

    Comprenez-vous à quel point les médias "officiels" nous mentent à ce sujet ? 

    Le travail sur un virus Ebola, sanctionné par le détenteur du brevet du vaccin, le NIH, s’est poursuivi depuis 2004 avec des tests cliniques effectués en 2006. Cela explique pourquoi le CDC et le NIH amènent les patients atteints d’Ebola aux Etats-Unis pour les traiter. Au moment où les patients souffrant d’Ebola passent la douane américaine, ils deviennent propriété intellectuelle du CDC, du NIH et de Bill et Melinda Gates ! Comment ne pas croire qu’il s’agit de dialectique hégélienne devenue folle dans un cas de création de problème, de solution au problème et de réaction au problème ?

    L’implication de l’USAMRIID est remarquable parce que l’Armée a longtemps été soupçonnée d’avoir créé Ebola et, pour des besoins d’expérimentation, d’avoir implanté artificiellement le virus au Zaïre (maintenant République Démocratique du Congo) en 1977.

     

    Lorsqu’on annonce à un public non informé l’existence du vaccin contre Ebola, le Fonds Mondial (Global Fund) sera en charge de la distribution du vaccin. Il est intéressant de noter que Bill Gates a fait des dons à hauteur de 560 millions $ au Global Fund. Ce dernier s’est également positionné pour être en charge de la distribution des vaccins «récemment développés» et pas encore annoncés pour la TB et le VIH. Etant donné que l’objectif est de vacciner chaque homme, femme et enfant sur la planète avec des vaccins multiples, la contribution de Gates de 560 millions $ au Global Fund est de la petite monnaie comparée au ROI attendu. Cependant, la priorité est le virus Ebola.

     

    La direction politique prise par la Crise

    J’ai déjà mentionné que ma meilleure source militaire interne m’a dit que le Département de la Sécurité intérieure (Homeland Security) a pris à son compte les plans de vaccination obligatoire et l’imposition de la loi martiale. J’ai également indiqué précédemment comment très peu de soldats et de policiers réaliseront en fait qu’ils font respecter la loi martiale alors qu’ils auront l’impression de réagir à une «crise sanitaire», bien que forcée, qui impliquera de sévères restrictions de circulation et la mise en quarantaine de parties de la population du pays. Si vous voulez vraiment avoir une idée de l’ampleur de cette conspiration et des acteurs impliqués, je vous recommande la visite du site de Crucell.

     

    Les détails opérationnels du programme de vaccination obligatoire seront décrits dans un prochain article.

     

    http://www.thecommonsenseshow.com/2014/09/17/the-cdc-nih-bill-gates-own-the-patents-on-existing-ebola-and-related-vaccines/

     

    Traduction Patrick.

     

     

    Le fameux problème-réaction-solution expliqué par David Icke dans son livre "le plus grand des secrets", déjà conseillé ici :

     

     

    Comme le 11 sept et autres, à chaque fois le même stratagème !

    David Icke - Problem-Reaction-Solution Explained. 

    https://www.youtube.com/watch?v=4nRrSQs3NbI

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Rédigé par : Laura Marie
    Bienvenue sur mon blog http://lauramarietv.com et sur ma page facebook: https://www.facebook.com/lauramarietvfrance

    Contact|
    Mes Chroniques (45)
     par Laura Marie

    Alors, qu’est ce que le « Féminin Sacré » ? (Ou le féminin divin – « divine feminine » en anglais). C’est la véritable essence féminine. Pas la féminité comme on tente de la définir avec les critères précédemment cités. Tant que la femme n’est pas dans son féminin sacré, elle ne peut être pleinement heureuse, épanouie, détenir sa pleine puissance et surtout être LIBRE.

    L’énergie féminine c’est  la force féminine créatrice divine. L’énergie féminine c’est la Lumière,  l’Amour,  la Beauté et la Compassion infinie pour tout être vivant. Nous avons tous en nous (femmes et hommes), une part d’énergie féminine et d’énergie masculine, chacun dans des proportions différentes. Chaque individu doit honorer et cultiver sa part d’énergie féminine au maximum, car c’est cette énergie qui pourra réellement remplacer et évincer les vieux modèles destructeurs de notre société et religions actuelles. De plus en plus de femmes à travers le monde comprennent que ce système ne leur convient pas, ressentent qu’elles ont besoin d’exprimer leur véritable essence, et ne souhaitent pas rentrer dans ces schémas qui n’honorent pas la femme telle qu’elle le devrait. Beaucoup d’hommes se réveillent à leur masculin sacré et ne souhaitent pas encourager, eux non plus, ce modèle, ne souhaitant plus avoir honte d’être sensibles ou de vouloir faire le bien, et d’utiliser leur force pour aider et pour protéger, non pour abuser ou détruire.

    Comment être dans son féminin sacré ?

    8 caractéristiques de la femme qui est dans son féminin sacré

    1) Elle a compris que sa valeur n’avait rien à voir avec sa sexualité

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré pense que sa valeur ne réside que dans ce qui se « voit » à l’extérieur, son physique, sa popularité, la mode, son succès et son argent ou celui de son partenaire. Elle se doit en permanence de plaire sinon elle a l’impression de ne pas exister. Sans le regard validateur des hommes (n’importe lesquels, puisqu’elle ne fait même pas de sélection), elle est incapable de vivre ni de s’aimer. Seule sa sexualité détermine sa valeur.

    La femme qui est dans son féminin sacré a compris qu’elle seule pouvait se définir. Elle a bien compris que sa valeur n’avait rien à voir avec le fait d’être attirante sexuellement pour le sexe opposé ou non. Elle a simplement envie de l’être quand ELLE en a envie elle-même, et non pas parce que c’est sa seule façon d’être approuvée et donc « aimée ». Elle n’a pas envie d’être enfermée dans cette prison qui est de devoir être en permanence désirable pour le sexe opposé, auprès de tous et même d’hommes avec qui elle ne voudrait jamais être. Elle a compris qu’une femme qui entre dans ce jeu en sortira forcément victime un jour. Elle est au contraire une femme libre.

    2) Elle ne souhaite pas être en compétition avec les autres femmes

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré est dans la compétition permanente avec les autres femmes, en particulier si des hommes sont en jeu. Si c’est le cas, elle n’hésitera pas à se ranger du côté des hommes, n’hésitant pas à humilier d’autres femmes, et à se sentir supérieure simplement parce qu’un homme la préfère à une autre. Encore une fois, sa valeur n’est déterminée que par l’attention des hommes envers elle, peu importe la qualité de cette attention.

    La femme qui est dans son féminin sacré ne souhaite pas être en compétition avec les autres femmes, mais est au contraire tournée vers le fait de les aider et de les soutenir. Elle n’hésite pas à partager ses vulnérabilités pour encourager ses « soeurs femmes », les conseiller et les aider à elles-aussi évoluer en tant que femme et tout simplement en tant qu’être humain dans ce monde. En cas de conflits, elle sait prendre la défense des femmes, même si le regard des hommes est en jeu.

    3) Elle ne rejette pas ses qualités féminines par peur de perdre son pouvoir et au contraire les cultive

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré pense que pour se faire respecter, elle doit devenir comme les hommes, et donc par conséquent rejette volontairement toute qualité de son essence féminine. Soit elle rejette même toute forme de féminité physique (cheveux longs, maquillage, robes, etc), soit elle n’a plus justement que la féminité physique, souvent même exagérée (aboutissant parfois à la vulgarité), mais avec une absence de féminité intérieure. Elle recherche les rapports de force, elle rejette la sensibilité, elle prend le fait de s’occuper des autres comme une soumission ou une faiblesse de caractère, elle confond sensualité et vulgarité, et elle fait tout pour se rapprocher au maximum du comportement masculin, pensant que c’est ainsi qu’elle va récupérer son « pouvoir ». Ainsi, elle est bien souvent dans le conflit, les relations de force, et l’échec dans ses relations, pensant que s’endurcir encore plus est la solution, après chaque « déception » qu’elle vivra. Elle vit dans la résistance ce qui l’empêche d’acquérir toute forme de paix intérieure et d’harmonie dans sa vie.

    La femme qui est dans son féminin sacré cultive ses qualités féminines qui font son essence même. L’énergie féminine comporte, entre autres, les qualités suivantes : la compassion, la sensibilité, l’écoute, l’empathie, la douceur, l’intelligence émotionnelle, la sensualité, la recherche de l’harmonie, la créativité, la capacité à soigner, à prendre soin de, à s’occuper des autres. Elle est fière de ces qualités et ne cherche pas à les rejeter. Elle ne cherche pas à devenir comme les hommes. Elle a bien compris que le pouvoir ne résidait ni dans la force physique, ni dans la force de la voix, ni dans la manipulation, mais dans la paix intérieure, l’harmonie intérieure, la confiance, l’Amour, et la liberté.

    4) Elle se préoccupe de son impact sur le Monde

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré ne se préoccupe pas de l’impact négatif qu’elle pourrait avoir sur les hommes, sur les autres femmes, sur les enfants, et sur le monde. Elle vit au jour le jour et ne recherche que la validation extérieure et la gratification instantanée. Elle ne pense pas aux conséquences de ses actes, auprès des enfants qui la regardent, des hommes qui la regardent, ou des autres femmes qui la regardent. Elle ne pense qu’à elle-même, contrôlée par son égo.  Elle n’a pas compris qu’elle faisait partie d’un tout et donc que tout ce qu’elle faisait agissait sur le reste du monde. Elle n’a pas de valeurs, pas d’intégrité, elle saisit la moindre occasion pour plus d’attention ou de succès extérieur, on peut facilement la corrompre et l’influencer, tant qu’on lui promet plus de succès et d’attention.

    La femme qui est dans son féminin sacré, a compris le pouvoir de son énergie féminine, son pouvoir guérisseur, son pouvoir de transformation auprès des hommes, et donc son pouvoir de transformation du Monde. Elle a compris que c’est uniquement avec l’Amour, l’écoute, la compassion, et l’empathie, que l’Homme pourra évoluer, et ainsi, le Monde. Elle a des valeurs, est intègre et incorruptible. La femme qui est dans son féminin sacré a compris l’impact qu’elle pouvait avoir sur les hommes de sa vie et sur les hommes en général qui croiseront son chemin, sur les enfants qui la regarderont et sur toutes les personnes qui l’entoureront, raison pour laquelle elle a décidé d’avoir l’impact le plus positif qu’il soit… « Toute âme qui s’élève, élève le Monde » (Gandhi), raison pour laquelle elle veut ainsi rayonner l’Amour et la lumière, pour transformer en lumière tout ce qu’elle croisera et impacter positivement tout ce qu’elle touchera de ses mains…

    5) Elle n’a pas besoin du regard des hommes pour aimer son corps

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré est victime de la société et est souvent en combat avec son propre corps, recherchant sans cesse la perfection. Elle reproduit ce qu’elle voit dans les médias ou « ce qui plait aux hommes », en se mentant souvent à elle-même, ou alors en s’étant tellement identifiée à ces codes de conduite qu’elle s’en est même totalement oubliée. Elle ne sait plus qui elle est, sans le regard des autres ou sans les modes.

    La femme qui est dans son féminin sacré aime son corps et n’a pas besoin de la validation des hommes pour s’aimer. Elle a compris que son corps était son temple sacré, qu’il fallait le mériter pour qu’elle laisse quelqu’un y entrer, et qu’elle ne souhaite pas être définie par des modes ou des codes de société. Sa beauté est avant tout intérieure, et elle n’a pas peur d’exprimer également qui elle est réellement et ses propres goûts à travers son physique et son style, représentatif de la propre image personnelle qu’elle se fait de la femme qu’elle veut être.

    6) Elle recherche l’alliance avec le masculin sacré et a compris le but spirituel des relations amoureuses

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré, est attirée par les hommes qui ne sont pas dans leur masculin sacré. Puisqu’elle ne se respecte pas elle-même, elle n’attire à elle que des relations avec des hommes qui ne la respectent pas non plus. Dans cette course effrénée à la validation extérieure, elle se perd, s’abîme, se déchire, se terni, bien souvent en rejetant la faute sur les autres, sur « les hommes », n’ayant pas compris que tant qu’elle ne changera pas sa vision d’elle-même et de la femme, à l’intérieur, elle ne pourra pas manifester d’autres réalités pour elle….

    La femme qui est dans son féminin sacré a une vision très précise de l’homme qu’elle veut à ses côtés, et n’est pas d’accord pour se rabaisser à accepter moins que ce qu’elle mérite. Dans l’absolu, elle n’a besoin de personne pour se sentir complète, elle a ses propres passions, son propre monde, mais dans sa parfaite harmonie intérieure, elle souhaite s’allier à l’énergie masculine sacrée, afin de donner naissance à une union puissante entre deux êtres tous deux désireux de monter l’autre vers le haut, vers l’évolution mutuelle et l’extase physique, émotionnelle et spirituelle.

    7) Elle est spirituelle et recherche la constante évolution

    La femme qui n’est pas dans son féminin sacré ne fait pas de travail intérieur et n’est pas éveillée spirituellement. Elle n’a pas conscience qu’elle fait partie d’un tout, dans cet univers peuplé de millions d’autres planètes. Elle vit dans une illusion,  ne mettant pas ses priorités et centres d’intérêts à ce qui pourrait au mieux la servir et servir le Monde. Plus les années passent, plus elle devient ternie, sa beauté intérieure n’ayant jamais été cultivée, le poids des années se font sentir, et la lumière interne inexistante ne peut malheureusement pas illuminer son visage et son corps éteint. Son désespoir et sa frustration grandit, elle blâme les hommes et la société, sans savoir que nous sommes tous responsables de la réalité que nous nous créons.

    La femme qui est dans son féminin sacré a conscience de sa place dans le monde, de son rôle et de son impact. Elle est en progression et remise en question permanente. Elle se pose des questions sur la vie et cherche continuellement à devenir une meilleure personne, chaque jour qui passe. Sa beauté intérieure rayonne chaque année de plus en plus, étant donné qu’elle devient de plus en plus sage. Même en vieillissant, sa beauté continue de transparaître, car la beauté est avant tout énergie, et cette énergie invisible est avant tout intérieure, chose qu’elle a bien compris. Il s’agit de la beauté du coeur, de l’amour, de la compassion, et de la douceur. Sa lumière continue d’illuminer chacun et le Monde, même si elle n’a plus les mêmes attributs physiques que dans sa jeunesse, son pouvoir n’est pas diminué, au contraire, elle continue d’inspirer à travers son infinie sagesse et lumière.


    votre commentaire
  • L’INUTILITÉ DE LA LUTTE OU DU COMBAT

    waouh Laurent que de vérité a mettre en pratique

     

    Rédigé par : Bertrand Duhaime

    Visitez mon site web à cette adresse : http://lavoie-voixdessages.com/

     

    par Bertrand Duhaime

    Partout, dans la rue, à la télé et à la radio, même dans les conversations intimes, ces expressions reviennent sans cesse : «Je vais lutter pour ceci»; «Je vais combattre», «Je vais me battre pour cela», «Je vais attaquer» ou «me défendre». C’est oublier que, par la causalité et l’attraction, celui qui cherche sans cesse à se battre, à lutter et à combattre, vivant dans l’effort et la tension, s’attire de la résistance et de l’opposition dans la mesure de son intervention, entrant dans le cercle vicieux d’un combat perpétuel. Et, ainsi, il arrive souvent que celui qui cherchait à exercer toute sa force contre une situation finisse par s’épuiser et se retrouve terrassé par elle.

    Il n’en reste pas moins que, dans les textes spirituels, on invite «livrer le bon combat», une expression créée par Paul de Tarse pour rappeler l’œuvre de la conquête intérieure, c’est-à-dire la nécessité de nourrir en soi la Flamme de la sagesse, de l’amour et de la vérité. Alors que dans la Tradition chrétienne, on parle de «soldat du Christ», dans la Tradition ésotérique, on parle plutôt de «chevalier de Dieu» d’«armée de Dieu» ou de «guerrier spirituel». Cependant, il faut bien comprendre ces images, qu’il faut, du reste, ramener à une autre époque où la densité terrestre appelait à déployer une force surhumaine pour vaincre «les Ténèbres» ou dissoudre «les illusions». Ainsi, cette recommandation invitait à mettre tout son cœur à évoluer, à renforcer sa volonté, à accroître sa confiance en soi, à agir en héros, en cultivant une vigilance constante et persévérante pour ramener dans l’ordre et l’harmonie tout ce qui inclinait vers le désordre et la séparativité.

    En fait, cette expression identifie cette part de soi qui, sollicitée par la sensibilité, source d’une quête insatiable de jouissance, mène à l’erreur ou ramène dans les fautes du passé. Au sens évolutif, cette expression évoque qu’aucune position, sur le Sentier, n’est définitivement acquise, car il se présente toujours, autour du Soi, des forces de dissociation et de division. Alors, celui qui veut progresser dans la Lumière divine doit rester ferme dans ses efforts, discipliné dans son maintien et assuré quant à sa position. Ainsi, il ne connaît plus de repos tant qu’il n’a pas obtenu la victoire finale, ce qui désigne, selon les Tradition, la libération transcendantale, la maîtrise totale ou le retour au Paradis perdu.

    En outre, cette expression appelle encore à ne pas s’adonner à ces délicieuses méditations sur soi-même qui induisent dans des expériences mystiques dans des mondes remplis de fausse lumière, ce qui identifie souvent l’astral inférieur, le monde de l’illusion et de la rêverie éveillée. Mais, le plus important à retenir, pour éviter les inepties des guerres religieuses et des querelles de doctrines, c’est que toutes les Traditions spirituelles authentiques n’invitent pas à livrer un combat contre des ennemis extérieurs, mais à le mener contre ses propres ennemis, tapis au plus profond de soi. En spiritualité, l’ennemi désigne toujours ses mauvaises tendances personnelles qui induisent dans l’involution. Aujourd’hui, pour obtenir le même résultat, il suffit de s’abandonner inconditionnellement à la Lumière divine.

    À proprement parler, dans le domaine évolutif, il n’a jamais été nécessaire de lutter pour se délivrer de ses illusions. Il suffit d’accepter de se relier à son Centre intime (Soi supérieur) et de s’offrir à lui pour que l’évolution s’enclenche à son rythme, selon sa compréhension et ses moyens. On se délivre de ses illusions dans la mesure qu’on accepte l’influence de cet Être intime. L’évolution résulte d‘une révélation, d’une révolution dans la sérénité et la joie.

    Dans ce contexte, seuls ceux qui veulent résister, combattre, s’opposer à l’établissement de la Vérité dans l’Unité, peuvent être affectés négativement, d’une manière ou d’une autre, par leur propre résistance, car, alors, ils engendrent la Loi inexorable de la dualité qui est souffrance. Mais il faut comprendre que, en cela, la Source, qui est Lumière, n’y est absolument pour rien et que nul n’y peut quoi que ce soit. Pour évoluer dans la paix et le bonheur, la seule chose qu’un être incarné puisse faire, c’est de développer toujours davantage sa conscience du Soi, sa conscience de l’Amour, de la Vérité, de l’Honneur aussi, et de manifester, au sein de ce monde d’Illusion qu’il parcourt, ce qu’est la Vérité et la Joie. Il n’y a rien d’autre à entreprendre, mais cela peut prendre toute votre vie.

    Dans la vie, le besoin de lutter démontre qu’on va à l‘encontre de son destin. Elle résulte d’un manque de connaissance ou de conscience qui est proportionnel à son degré d’union avec Dieu. Nul n’est né pour lutter, mais pour mettre de la lumière dans ses propres ténèbres. Car la lutte donne de la force à ce à quoi on s’oppose. Mais ce n’est qu’après avoir longtemps lutté qu’on comprend que la lutte n’est pas nécessaire, puisque la vie suit son cours sans jamais être en lutte avec quoi que ce soit. La victoire ne peut venir que dans le renoncement ou le lâcher prise. Car il n’y a jamais à lutter, simplement à favoriser le processus évolutif, sachant que la victoire finale est assurée en raison du pouvoir intérieur que chacun détient.

    Chacun gagne à se montrer imperturbable dans les expériences de la vie. Bien sûr, tout être porte en lui des aspects sombres qui appellent à être illuminés, informés, tirés de l’ignorance. L’expérience de l’incarnation vise à transmuter le plomb en or. Mais engager un combat entre la Lumière et les Ténèbres, entre le bien et le mal, n’est pas d’une grande utilité, même que, au contraire, cela peut desservir, maintenant dans l’observation des extrêmes, ce qui empêche de trouver le juste milieu. Ce réflexe fait partie de l’illusion de la séparation qui maintient dans la confusion par rapport à la Réalité.

    En effet, comme rien n’est bien ou mal en soi, mais dans l’usage qu’on fait des choses, par exemple l’abus, ces notions ne révèlent jamais que des facettes de son être, camouflées sous diverses apparentes, qui sont en conflit entre elles-mêmes. Même l’abus apprend le goût de maintenir trouver l’équilibre. Ainsi,
    du point de vue évolutif, se lancer dans un combat, c’est commencer à lutter contre soi-même. Or, on se bat pare qu’on a peur, peur surtout de la limite, de la douleur, de la mort ou de l’échec.
    En tant que forme apparemment séparée de conscience prenant part au jeu du Créateur originel, chaque être est au cœur d’un univers composé d’aspects opposés qui relèvent de la dualité des plans inférieurs de la Conscience cosmique. En raison du libre arbitre, tout est permis, d’où des oppositions présumées surviennent nécessairement. Mais, dans l’apparente confrontation du bien et du mal, il suffit de réaliser qu’on est en relation avec un autre aspect de soi-même pour cesser de le craindre. Cet autre aspect cherche à faire connaître son point de vue sur les choses de la Création.

    Pour évoluer, il n’est pas nécessaire de lutter, de souffrir, de se battre. Mais celui qui croit que le monde extérieur est plus puissant que l’Esprit devra se battre et en payer le prix, en douleurs et en souffrances. C’est la même chose pour celui qui vit dans la pensée du manque, pensant qu’il n’y a jamais assez pour tous, qu’il faut prendre sa part dans les jeux de pouvoir, la rivalité, la concurrence. Encore pour qui croit détenir un pouvoir limité, être né valet, être né pour un petit pain, devoir se sacrifier pour les autres, n’être que bien peu de chose. Même chose pour qui pense manquer de liberté, devoir obéir aux autres, être soumis à la fatalité. Et il en est sûrement ainsi pour celui qui pense que l’Univers est naturellement oppressant, porteur de mauvaises intentions à son endroit, se disant mal luné ou né sous une mauvaise étoile.

    La Vie est un Grand Jeu amoureux dont il faut éviter de faire une comédie, un drame ou une tragi-comédie! Un être parvient plus sûrement à son but en cheminant dans la joie sereine, sans effort. Ceux qui choisissent la voie difficile, parce qu’ils entretiennent des conceptions erronées, aiment raconter leur drame comme s’il était un accomplissement. Il serait bien plus rassurant de propager l’idée qu’un être peut évoluer dans la joie et la facilité.

    On gagnerait à croire que, pour parvenir à un but valable et atteindre l’éveil, nul n’a besoin de travailler dur, jour et nuit, de s’épuiser en surmontant des défis incroyables, en se lançant dans de pénibles aventures, en surmontant nombre d’obstacles. Mais certains croient que les choses facilement réalisées ou acquises n’ont pas de valeur, se troublant même lorsqu’elles leur viennent aisément.

    Pourtant, pour évoluer, vivre pleinement, il suffit d’élever ses vibrations. Et chacun peut élever ses vibrations en exprimant l’Amour pur et en se liant à la Lumière divine. Ce faisant, les circonstances et les états ne peuvent que devenir plus faciles et plus heureuses. Le défi, s’il en faut un, ne consiste pas à se rendre les choses difficiles, mais à ouvrir sans cesse sa vision et son cœur, en se donnant la permission de vivre sans cesse le meilleur.

    Dans les textes mystiques ou mythologiques, la bataille, ce combat important entre deux groupes armés, éclaire l’oubli de Dieu qui amène à se dispenser dans des efforts illusoires et stériles. Il est dommage que les tenants de certaines religions ne comprennent pas que toute bataille réfère à une lutte entre les aspects de la polarité qui cherchent à s’équilibrer ou à un combat qu’il faut livrer contre ses mauvais penchants. Ainsi, l’ennemi à abattre n’est jamais l’autre, dût-il agir mal ou témoigner d’hostilité, mais soi-même, dans ses dimensions sombres et ombragées.
    Dans la spiritualité contemporaine, la Bataille terrestre évoque le combat mené en astral dans le cours des années 1984 et 1985. On dit qu’alors la Terre connut une longue scène d’horreur, ponctuée par des hurlements semblables à ceux des chacals, reflétée par les miroirs des guerres et des charniers, alors que des champs de bataille se recouvraient de cadavres. Pendant ce temps certains dieux, restant au-dessus de la mêlée, réglaient leurs comptes entre eux, par peuples interposés qui s’entretuaient pour défendre telle ou telle croyance. Suite à cette épreuve subtile, la Terre reçut une Colonne de Lumière, ce qui a permis qu’elle accueille par la suite une nouvelle grille éthérique d’Énergie christique.

    En spiritualité, l’enjeu de la bataille désigne tout ce que l’on croit perdre en mourant ou tout ce que l’on gagne en vainquant (en se conquérant soi-même). Dans la Tradition hindoue, «Kurukshetra» identifie le lieu de la Grande Bataille. Curieusement, la Bible et la Cabale retiennent cette même notion d’une bataille finale qui devrait se livrer dans la plaine d’Harmaguédon. Cette allégorie réfère premièrement au champ d’expérience de celui qui aspire à maîtriser ses émotions, ses sens et son mental pour faire taire son ego et faire plus de place à son Centre divin.
    © 2012-14 Bertrand Duhaime (Dourganandâ) Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde. Publié sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

    La Colère Est-Elle Négative (ou « Non Spirituelle ») ? | LaPresseGalactique.org http://lapressegalactique.net/2014/10/13/la-colere-est-elle-negative-ou-non-spirituelle/

    votre commentaire
  • VibraConférence en direct avec Christian Duval : "L’ODYSSEE DES AMES

    https://plus.google.com/events/c49uagp8jplt0hj7779cnfodlr0#events/c49uagp8jplt0hj7779cnfodlr0

      

      

    http://www.onpeutlefaire.com/http:

    3 minutes de vérité vendetta le flim

     

    http://www.youtube.com/watch?v=HlUdDbUHajU

    Sujet : ▶ Carte d'identité Manipulation de l'esprit - CHOC !

    http://www.youtube.com/watch?v=5mTnCwWGEvI

     

     

     


    votre commentaire